Réalité augmentée, radiofréquence, Big Data, … l’innovation technologique n’a plus de limites dès lors qu’il s’agit d’améliorer les performances d’un produit, d’un service ou de résoudre une problématique technique. Conscient de l’énorme potentiel de ces nouvelles tendances technologiques qui s’offrent aux entrepreneurs proactifs et aux industriels visionnaires, Ingima France a donc créé son propre laboratoire d’innovations. Une aubaine tant pour ses partenaires en quête de PoC (Proof-of-Concept) que pour ses consultants, friands de projets stimulants et originaux.

 

Paris, siège du groupe INGIMA. Une atmosphère bon enfant se dégage au cœur de l’espace R&D. Un petit dragon en 3D vient de se dresser du dessin posé sur la table, sous les yeux émerveillés de chacun. L’Ingilab est fier d’exposer sa dernière création : une nouvelle brique logicielle capable de détecter un dessin, d’en capturer la texture pour ensuite l’utiliser sur un modèle 3D, positionnable en fonction de l’image. Voilà un beau projet innovant en matière de réalité augmentée, déclare fièrement Marc Bouffard, R&D Manager du Lab. À l’issue d’un mois et demi de recherches, le prototype est en effet prêt à être transféré chez le partenaire qui avait pour souhait d’animer des enfants de manière originale au sein de ses centres commerciaux, via la création de livres de coloriage interactifs.

 

Lancée il y a quelques mois à peine, cette « pépinière à PoC » présente d’ores et déjà d’intéressantes collaborations commerciales dans des domaines de recherche divers et variés mais où la transversalité est souvent de mise. Du traitement d’images à la réalité augmentée, en passant par l’électronique embarquée, la radiofréquence, le Big Data ou encore l’apprentissage sur code, l’Ingilab balaye en effet un champ d’applications relativement large. Marc Bouffard s’en explique par la volonté de mettre à disposition des partenaires, des briques logicielles novatrices suffisamment généralistes pour qu’elles puissent ensuite être facilement réutilisables. En d’autres termes, lorsque le partenaire nous présente sa problématique, bien souvent hors standard, nous lui offrons la capacité de réinterpréter une brique logicielle ou d’en créer une nouvelle pour en faire un prototype qui permettra ensuite de « bootstrapper » son projet, précise-t-il. Ainsi, construire à terme une grande bibliothèque sur base d’un format standard pour les prototypes et les briques technologiques est clairement l’objectif affiché de cet incubateur pour visionnaires avertis.

 

Sur les bancs de l’Ingilab…

Dans une ambiance jeune et décontractée mais non moins productive, l’équipe s’affaire, selon l’orientation et les compétences techniques de chacun, à imaginer et réaliser le monde de demain. Au sein de l’Ingilab, nous privilégions en effet une approche anticipative et originale basée sur des missions davantage orientées Recherche plutôt que Développement. Il s’agit pour nos Ingimates, consultants en précontrat, inter-contrat ou parallèlement en mission, de concevoir, créer et tester des prototypes répondant aux besoins de nos partenaires dans une optique de pure innovation, explique Ivan Cauquil, Directeur d’Ingima France. Ces missions, toutes encadrées par une équipe de docteurs dédiée, démontrent ainsi non seulement notre savoir-faire technologique mais aussi notre capacité à réaliser des projets avant-gardistes de bout en bout grâce à l’ensemble de nos Ingimates qui prennent ensuite le relais en interne, renchérit-il.

 

Parmi les axes de recherche principaux, la réalité augmentée et le traitement d’images ont le vent en poupe. Beaucoup de demandes tournent autour de thématiques d’ordre pratique et ciblent donc les consommateurs en priorité afin d’améliorer et agrémenter l’usage de produits et services via de nouvelles fonctionnalités innovantes. Récemment, nos consultants ont, par exemple, créé une nouvelle brique technologique capable de détecter une carte et d’y projeter une image en réalité augmentée ou simplement plaquée, pour le compte d’une grande institution nationale, commente Marc Bouffard.

 

Au cœur du laboratoire électronique, les consultants de l’Ingilab spécialisés en la matière ne sont pas en reste. Grâce aux procédés de radiofréquence et de réalité augmentée, ce projet hybride permettra aux professionnels concernés d’évoluer très facilement dans des milieux opaques ou à visibilité quasi nulle via une brique logicielle capable de reproduire et d’afficher l’environnement en 3D à l’aide d’un casque ou autre dispositif.

 

Au même moment, d’autres consultants travaillent sur un projet de développement écologique basé sur l’aquaponie, une forme d’agriculture associant des cultures hors sols à un élevage de poissons. Cette solution modulable aura pour but d’obtenir un effet de synergie entre ces deux environnements, les déjections des poissons servant d’engrais à la culture des végétaux. Tous les systèmes de contrôle de ces milieux devront pouvoir être gérés automatiquement ou manuellement grâce à une interface utilisateur.

 

Côté Big Data et apprentissage sur code, nos consultants experts tentent de répondre aux nouveaux enjeux de traitement de très haute volumétrie de données. Grâce à des fonctionnalités novatrices visant l’extraction intelligente d’informations, le partenaire, leader dans l’industrie agro-alimentaire, disposera d’un nouveau type de données pertinentes lui permettant d’exploiter de nouvelles opportunités via la récupération des informations présentes sur les emballages des produits qu’il revend. De même, d’autres innovations sont en cours de développement, toujours pour le secteur de la Défense, via la création d’une application permettant de détecter des sentiments ou encore l’humeur à la lecture d’un texte.

 

Le terrain de jeu pour les consultants semble donc sans limites et les besoins des partenaires toujours plus pointus.